Interview de Patrice Revillard – Parfumeur indépendant et co-fondateur de la société Maelstrom

 

Diplômé de l’École Supérieure du Parfum en 2017, Patrice Revillard s’est lancé le défi de fonder un laboratoire de création de parfum indépendant. Retour sur le parcours d’un passionné, devenu un bel exemple de réussite pour la nouvelle génération d’étudiants…

 

Quels parfums ont marqué votre jeunesse ?

Patrice Revillard : « Les parfums qui ont marqué ma jeunesse sont ceux que portait ma mère. Elle changeait à chaque fin de flacon, et je me souviens en- core de « Miss Dior », l’original évidemment, « Parfum de Peau » de Montana, « Le Baiser du Dragon » de Cartier et « Castelbajac » de Castelbajac. »

 

Quel parcours vous a permis de devenir parfumeur ?

P.R. : « J’ai fait un baccalauréat scientifique avec une spécialité en Biologie et en Écologie car je voulais m’orienter du côté de la botanique et de la biologie végétale. C’est pourquoi j’ai ensuite entrepris une licence en chimie et en biologie. En parallèle, je me suis pris de passion pour le parfum. J’ai commencé à écumer blogs et sites spécialisés sur le parfum, ainsi que les parfumeries de ma région avant de créer mon propre blog. J’ai découvert alors une toute nouvelle école de parfumerie qui venait d’ouvrir à Paris. J’ai postulé avec une envie grandissante de devenir parfumeur sans vraiment savoir si ce rêve pourrait un jour se réaliser. J’ai finalement été admis et j’ai donc pu suivre 5 années de formation au sein de l’École Supérieure du Parfum. À l’issue de ma formation, j’ai fondé « Maelstrom » avec Marie Schnirer, elle aussi issue de la même école, et Yohan Cervi. »

 

De quelle création êtes-vous le plus fier ?

P.R. : « Je suis très fier de « L’Iris de Fath », que nous avons recréé avec Yohan Cervi pour la maison Jacques Fath qui a voulu ré-éditer ce mythe qu’était « L’Iris Gris ». Récemment, nous avons travaillé pour une toute nouvelle marque qui sortira au premier trimestre 2019 : Nolença, à l’esprit jeune, moderne et poétique. Je suis particulièrement fier de l’une des trois créations que nous avons signées : un parfum de peau attachant et charnel jouant avec les fleurs blanches, les muscs et le cumin. D’autant plus fier que cette création a été choisie face à des propositions faites par d’autres parfumeurs de grandes maisons de composition. »

 

Pour découvrir la suite de son interview, cliquez ici !