La parfumerie en France

La parfumerie est un marché spécifique qui s’est développé en France entre Paris et Grasse. Découvrez l’histoire du parfum et les chiffres importants de ce marché qui ne connaît pas la crise.

Le marché de la parfumerie est un secteur qui résiste à la crise. La raison : nous sommes sur une notion de bien-être et de soin du corps. Que ce soit pour le quotidien ou des occasions spéciales, le parfum et les produits cosmétiques font partie de nos rituels journaliers.

Partons à la découverte du marché de la parfumerie en France, d’hier et d’aujourd’hui.

Le marché de la parfumerie en chiffres

D’après une étude de l’INSEE, 32% du budget des Français est consacré aux produits cosmétiques. Nous pouvions supposer que la crise sanitaire du COVID, les confinements successifs et l’émergence du travail à distance auraient pu impacter sévèrement ce secteur. Il n’en est rien. Au contraire même puisque l’apparence physique reste toujours aussi importante. Que ce soit pour plaire ou pour peaufiner son style, la consommation de parfum résiste bel et bien à la crise. 

À ce titre, une étude Xerfi/Precepta indique que le secteur gagne 3,4% de parts de marché chaque année tandis que la cosmétique de luxe enregistre entre 4% et 5% de croissance.


L’histoire du parfum

L’histoire du parfum remonte au Néolithique.

À cette époque, l’être humain commençait déjà à frotter des essences et des aromates sur le corps pour chasser.

Avec le temps, de nombreux peuples se mirent à utiliser du parfum et à l’échanger par le biais du commerce. C’était le cas des Sumériens, des Grecs, des Romains et des Égyptiens, entre autres. À cette époque, les techniques de fabrication du parfum étaient encore rudimentaires. Ceci étant dit, l’encens était couramment utilisé (on le trouve d’ailleurs souvent nommé dans la Bible).

Ensuite, il a fallu attendre la fin du Moyen-âge et l’arrivée de la Renaissance pour donner au parfum ses lettres de noblesse (grâce au perfectionnement de l’alambic et à la découverte de l’alcool éthylique). C’est à partir du 14e siècle que l’on commence à utiliser une solution alcoolisée en parfumerie.

Fait intéressant : alors que l’hygiène commence à reculer, on se met à utiliser de plus en plus de parfums. En effet, ce petit flacon permet de cacher facilement les mauvaises odeurs corporelles. On s’en sert aussi pour parfumer les vêtements (les gants en particulier). D’ailleurs, le métier de parfumeur était souvent associé à celui de gantier. En France, la ville de Grasse devient rapidement la capitale du parfum.

Au 18e siècle, l’invention de l’eau de Cologne, très appréciée de Napoléon 1er et Louis XV fut un véritable tournant dans l’histoire du parfum. La raison : cette formule encore utilisée aujourd’hui permet de créer des fragrances réalisées à partir d’alcool à haute teneur alcoolique neutre du point de vue olfactif.

En 1791, la loi le Chapelier proscrit la corporation des maîtres gantiers parfumeurs et propulse, ainsi, la création des premières maisons de parfum. Quelques dizaines d’années plus tard, l’arrivée des grands magasins permit de démocratiser l’usage du parfum jusqu’à connaître un véritable âge d’or en France entre 1920 et 1960.

Dans tous les cas, la recette du parfum reste la même : c’est un mélange d’alcool et de matières premières végétales, animales ou synthétiques.


Le secteur de la parfumerie d’aujourd’hui

Savez-vous que Grasse est encore, aujourd’hui, la capitale du parfum ? En effet, 70 tonnes de roses et 11 tonnes de fleurs de jasmin proviennent de cette ville célèbre pour ses nombreuses matières premières servant à la création de nombreuses fragrances.

Évidemment, Paris n’est pas en reste puisqu’on trouve dans la capitale de nombreuses grandes maisons de parfumerie de luxe.

Dans tous les cas, nous distinguons aujourd’hui deux grandes tendances.

D’un côté, nous avons le marché du luxe qui ne cesse de croître et qui s’adresse à une cible plutôt fortunée et adepte de parfums de marques renommées.

De l’autre, nous avons des parfums plus originaux propulsés par l’essor du e-commerce (correspondant à 8% des ventes du secteur).

D’ailleurs, en France, il est intéressant de noter que le secteur de la parfumerie s’appuie sur l’inventivité de nombreuses TPE et PME qui représentent 80% des acteurs du secteur.

Aujourd’hui, pour percer dans le monde de la parfumerie, il faut s’adapter aux exigences des consommateurs qui évoluent avec le temps. À ce titre, en plus du côté tendance qui intéresse toujours plus les milléniales, il faut mettre aussi en valeur une véritable démarche éco responsable ainsi que la possibilité de profiter d’une large gamme de produits pour toutes les envies et tous les besoins.

Nous assistons à une consommation globale plus intelligente et raisonnée. Et cela impacte aussi le secteur du parfum et ses acteurs qui doivent l’intégrer dans leur processus de fabrication et la commercialisation de leurs produits.Dans tous les cas, si vous êtes intéressé par cette industrie florissante, n’hésitez pas à pousser les portes de notre École Supérieure du Parfum disposant d’un campus à Paris et à Grasse.